La soumission librement consentie : Comment amener les gens à faire librement ce qu'ils doivent faire ? par Robert-Vincent Joule

La soumission librement consentie : Comment amener les gens à faire librement ce qu'ils doivent faire ?

Titre de livre: La soumission librement consentie : Comment amener les gens à faire librement ce qu'ils doivent faire ?

Éditeur: Presses Universitaires de France - PUF

ISBN: 2130555152

Auteur: Robert-Vincent Joule


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Robert-Vincent Joule avec La soumission librement consentie : Comment amener les gens à faire librement ce qu'ils doivent faire ?

Livres connexes

Dans leur Traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens, Beauvois et Joule nous ont expliqué comment on manipulait plus efficacement autrui en s'appuyant sur son consentement qu'en le soumettant par la contrainte. Dans ce nouvel ouvrage, à prétention plus scientifique, ils poursuivent l'exposé de leur théorie de l'engagement qui s'inspire des travaux de psychologie expérimentale développés aux États-Unis. Le fait psychologique qu'ils mettent en évidence est que la parole engage le sujet parlant : nous nous sentons beaucoup plus impliqués par nos décisions que par celles des autres et nous éprouvons toujours quelque embarras à nous rétracter après avoir donné librement notre accord.

Mais où est la découverte ? Que nous rechignions à nous dédire, les logiciens le savent bien et ont érigé cette répugnance en règle de non-contradiction, énoncée pour la première fois par Parménide. Que la servitude se fonde sur un acte de consentement, La Boétie s'en étonnait déjà dans son Traité de servitude volontaire Tendre Violette. Que nous ne nous sentions obligés que par notre seule volonté, Kant l'a le premier pleinement mis en valeur dans sa doctrine morale. Enfin, que nos paroles engagent tout notre être, la psychanalyse l'a dit et redit avec Freud et Lacan.

Si la théorie de l'engagement se sert de l'autorité de la science pour cautionner et banaliser les pratiques de manipulation du sentiment de liberté, le propos est peu humaniste. S'il énonce que l'homme n'adhère vraiment qu'à ce qu'il a librement consenti, c'est un formidable message éthique et démocratique. Au lecteur de juger. --Emilio Balturi